La Querelle
des Bouffons Chœur & Orchestre • Musique baroque

📚 Programmes

📍 Rameau, le Coin du Roy

Affiche du programme Rameau, le Coin du Roy

Né en 1683 à Dijon, Rameau fait figure d'exception dans l'assemblée des grands compositeurs de son époque (Bach, Haendel, Vivaldi…) : à presque cinquante ans, et après quarante années d'une vie méconnue, il a somme toute très peu composé, tout en ayant parcouru la France comme organiste, chef d'orchestre ou professeur de clavecin. Mais surtout, Rameau s'est fait connaître par ses ouvrages de théoricien de la musique, qui, pour la première fois, établissent un ensemble de principes mathématiques et physiques expliquant les règles et usages harmoniques, là où auparavant presque tout l'art du compositeur était fait de savoirs empiriques. C'est en 1733 que Rameau connaît enfin le succès musical, en mettant en musique la tragédie lyrique Hippolyte et Aricie. L'écriture audacieuse et novatrice de l'œuvre ne laisse personne de marbre : si quelques esprits chagrins regrettent ce qu'ils jugent comme un dévoiement de la musique française vers un goût trop italien (l'Italie étend alors sa suprématie culturelle sur la quasi-totalité de l'Europe), le vieux compositeur André Campra ne tarit pas d'éloges sur l'inventivité et la richesse de cette musique, et affirme que Rameau éclipsera tous les autres !

Cette prophétie de Campra se révèle être juste, car Rameau compose par la suite chefs-d'œuvre sur chefs-d'œuvre pendant plus de trente ans : Les Indes galantes, Castor et Pollux, Dardanus, Platées, La princesse de Navarre, Les surprises de l'Amour… Tout son être est tourné vers la musique : cet homme que l'on décrit comme sec, impérieux, d'une maigreur presque maladive et ayant de la peine à s'exprimer correctement, fait preuve d'une monomanie surprenante dès qu'il a ouvert son clavecin. En 1752, lors de la querelle des bouffons (qui oppose les partisans du goût italien, le coin de le Reine, et les partisans de la tradition française, le coin du Roi), Rameau s'oppose avec force à Rousseau, et défend la tradition française. Après deux ans de pamphlets et d'altercations (parfois même physiques !), la querelle des bouffons s'éteint d'elle-même, mais la tradition française a vécu : Rameau continue toutefois d'écrire avec succès dans un style jugé dépassé, à l'instar de Bach en Allemagne. Il meurt en 1764, puis son œuvre disparaît de la scène à la chute de l'Ancien Régime, avant d'être redécouverte par les grands compositeurs de la fin du XIXème siècle, qui perçurent en lui l'immense stature du génie musical et théorique.

Le Coin du Roy

Comment rendre hommage au génie créatif de Rameau en choisissant une œuvre unique ? C'est en ne parvenant pas à répondre à cette question que nous avons choisi de présenter un programme éclectique, qui tente de montrer l'étendue du talent du maître français.

  • Grands motets (In Convertendo, Quam Dilecta Tabernacula)
  • Extraits d'opéras (Castor & Pollux, Les Indes Galantes)
  • Musique instrumentale (ouverture des Boréades, extraits de la Suite en la mineur pour clavecin)

Solistes :

  • Piano/Clavecin : Pauline Olivier
  • Ténor : Amaury Lacaille
  • Soprano : Nathalie Fabre